theme icon
Innovation

Femmes enceintes

Partager sur

Femmes enceintes : l'échographie pulmonaire pour détecter les insuffisances respiratoires

Une recherche publiée par des Anesthésistes Réanimateurs et des Gynécologues de l’Hôpital Nord en juin 2014 dans la revue Anesthesiology, (la prestigieuse revue de la Société Américaine d’anesthésie) suggère qu’une échographie pulmonaire aiderait les médecins à déterminer rapidement si une femme enceinte avec pré-éclampsie est à risque d'insuffisance respiratoire.

 

Environ 60.000 femmes dans le monde meurent à la suite de la pré-éclampsie, qui provoque une très haute tension artérielle. Les complications sont les convulsions, le saignement et l'excès de liquide dans les poumons (œdème pulmonaire) qui peut conduire à une insuffisance respiratoire. L'étude suggère qu’une échographie pulmonaire peut aider les médecins à déterminer facilement si une femme avec une pré-éclampsie est atteinte d'un œdème pulmonaire et de s'assurer qu'elle reçoive le traitement approprié. Cette étude a été menée par le Département Anesthésie Réanimation dirigé par le Pr Marc LEONE en lien avec le Service de Gynécologie Obstétrique dirigé par le Pr Léon BOUBLI.

 

Un moyen rapide, sûr et facile à utiliser

 

« L’échographie pulmonaire est rapide, sûre, non invasive et facile à utiliser », déclare le Pr Marc LEONE, auteur de l'étude et chef de service adjoint du département d'anesthésie réanimation de l’Hôpital Nord. « L’échographie pulmonaire nous a permis d'évaluer rapidement si une patiente pré-éclamptique avait un œdème pulmonaire et de confirmer la gravité de l'état.»
Jusque là, les médecins mesuraient souvent le débit urinaire pour déterminer si une femme avait besoin d'une administration de fluide dans les veines, mais les résultats s’avéraient mauvais dans 50% des cas.» L’échographie pulmonaire couplée à l’échographie cardiaque permet à l'équipe médicale d’identifier les femmes qui ont vraiment besoin d'une expansion volémique», a noté le Dr Laurent ZIELESKIEWICZ, premier auteur de l'étude.

 

Des lignes blanches verticales

 

L’apprentissage de l’échographie pulmonaire est plus facile que l'échographie cardiaque et peut être effectué avec les appareils d’échographie abdominale des gynécologues couramment trouvés dans les maternités.

Dès l’apparition d’eau dans les poumons, l’échographie pulmonaire met en évidence des lignes blanches verticales imitant des queues de comète. La détection de trois lignes ou plus suggère fortement le diagnostic de l'œdème pulmonaire.

Les chercheurs ont effectué des échographies cardiaques et pulmonaires à la fois avant et après l'accouchement chez 20 patientes pré-éclamptiques sévères. Cinq des 20 femmes (25%), avaient un œdème pulmonaire avant l'accouchement selon l'échographie du poumon. L'échographie pulmonaire identifiait une patiente avec un œdème pulmonaire non cardiogénique, non détecté par échocardiographie.

 

Cette étude pourrait conduire à mieux administrer les perfusions intraveineuses chez les patientes à risque d’œdèmes pulmonaires, évitant ainsi la survenue d’une détresse respiratoire. En général, les femmes ayant un œdème pulmonaire sont traités avec de l'oxygène et un médicament pour abaisser la pression sanguine ou pour débarrasser le corps de l'excès de liquide. L'échographie pulmonaire permet également d’observer en temps réel l’évolution de l’œdème pulmonaire sous traitement.